Centre de Recherche sur les Poétiques du XIXe siècle

  •  Université Sorbonne Nouvelle : 8, av. de Saint-Mandé, 75012 Paris
    CRP19, 17, rue de la Sorbonne, 75005, Paris (bureau F013)

Doctorat

Docteurs

  • Titre de la Th├Ęse: Des essais au théâtre : nature, Stimmung et enjeux de l'écriture de l'affect chez Maeterlinck
  • Fonction: Professeur de communication (IUT d'Orsay-Université Paris-Sud)

Mathilde Regent

Des essais au théâtre : nature, Stimmung et enjeux de l'écriture de l'affect chez Maeterlink, sous la direction de Henri Scepi, soutenue le 7 janvier 2021.

Ce travail propose de retracer la cohérence d’une pensée de la Nature développée dans l’ensemble de l’œuvre de Maeterlinck, tous genres confondus ; d’observer les choix poétiques et dramaturgiques qui en découlent ; et d’examiner l’intérêt de relire certains questionnements esthétiques et éthiques à la lumière du discours naturaliste ou entomologiste de l’auteur. Parce qu’elle engage une pensée de la loi et de l’intentionnalité, mais aussi des modes d’inscription d’un être dans un milieu, une collectivité, et une temporalité évolutive, la réflexion sur la Nature et sur l’évolution, dans les différentes théorisations auxquelles elle donne lieu au XIXe siècle, implique un changement de perspective, et un usage distancié de l’anthropomorphisme, qui s’accompagne en retour d’une saisie transindividuelle des processus humains. Elle implique une redéfinition de l’instinct, qui fait écho à celles que proposent les champs entomologiste, mais aussi médical et juridique, qui conduit à repenser les notions de justice et de responsabilité. Elle est ainsi au cœur d’une nouvelle dramaturgie qui entend représenter non les actions des hommes, mais les « gestes inconscients de l’être » (M. Maeterlinck). Cette réflexion se traduit à la fois par une poétique de l’idée évolutive dont témoignent les essais, et par différentes expérimentations lyriques et dramaturgiques : réévaluation des relations entre le personnage et son milieu dans le discours et la pratique dramaturgiques, mais aussi dans l’écriture des Serres Chaudes, jeu de perspectives et « mélodrames discontinus » (P. McGuinness) du premier théâtre, féeries plus tardives qui figurent sur scène une idéale congruence entre les lois de la Nature et les lois morales humaines. L’ambivalence de cet idéal est à l’origine d’une poétique de l’indétermination, mais aussi de l’ambiguïté et de la suggestion morale.

Publications

 - « Moralités multiples et stéréoscopie : Suggestion morale et exemplarité dans Aglavaine et Sélysette », dans La Morale en action, Apologues, paraboles proverbes et récits exemplaires au XIXe siècle, Éléonore Reverzy et Violaine Heyraud, Paris (dir.), Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2020, p. 77-91.

- « La féérie entomologiste, le grotesque et “l’anthropomorphisme à deux coups” de Maeterlinck », dans Poétiques et poésies de l’insecte (dir. A. Montandon, Y. Daniel, J. Wilker) Champion, p. 173-186 (à paraître en 2023).

- « De la probabilité à la croyance : les météores dans les Histoires prodigieuses, de Boaistuau à Belleforest », dans Ordre et désordre du monde, Enquête sur les météores, de la Renaissance à l'âge moderne, Thierry Belleguic, Anouchka Vasak (dir.), Québec, Hermann, collection "MétéoS", 2013, p. 135-152.

- « Changing ones point of view on Nature: The Grotesque and French medical discourse in the 16th century » dans The Grotesque and the Unnatural, Markku Salmelo et Jarkko Tokainen (dir.), Helsinki, Cambria Press, 2012, p. 67-88.