Centre de Recherche sur le Poétiques du XIXe siècle

Doctorat

Docteurs

  • Titre de la Th├Ęse: Au revoir jolis contes de fées : La déchéance des rapports masculins-féminins dans le conte de fées du dix-neuvième siècle.
  • Fonction: ATER à l'IUT de Roubaix, université Lille 2

Hermeline Pernoud

Thèse: Au revoir jolis contes de fées. La déchéance des rapports masculin-féminin dans le conte de fées du XIXe siècle, sous la direction de Paolo Tortonese

Cette thèse - recensant plus de 600 textes - a pour objectif de dresser un portrait-type du conte de fées de 1811 à 1914. Partant du constat que le dix-neuvième siècle doit faire face à un désenchantement généralisé (sociale, scientifique, humain), Hermeline Pernoud s’interroge sur les conséquences de ce dernier : en quoi les rapports masculins-féminins et la représentation de la femme se modifient en même temps que la désillusion du merveilleux apparaît ? Incarnant tour à tour l’intouchable virginité et la perversité, qu’elle soit objet de culte ou objet fantasmé, la femme reste cependant un « objet d’art » stigmatisé. Ces recherches amènent donc Hermeline Pernoud à s’interroger plus particulièrement sur la représentation de la femme au dix-neuvième siècle et sur les rapports de force instaurés entre les deux sexes, rapprochant ainsi cette étude littéraire des Gender Studies.
D’autre part, cette thèse pose la question de la renaissance de ce genre abandonné et vieillissant qu’est le conte de fées. Comment renouvelle-t-on le conte au dix-neuvième siècle ? Quelles formes et quels thèmes sont désormais à la mode ? Entre médiévalisme et orientalisme, les auteurs choisissent souvent un passé utopique, mais malheureusement si stéréotypé, que ces contes n’existent plus qu’à travers le comique.
La thèse d’Hermeline Pernoud démontrera enfin l’insuccès du merveilleux : entre modèles féeriques perverties et léthargie symbolique du conte de fées, ce genre n’a pas réussi à se renouveler autrement qu’à travers des thèmes décadents. C’est, comme l’écrivait Jean de Palacio dans Les Perversions du conte de fées, la mort des fées.

Publications

    Séminaire « L’idéal au XXIème siècle » du C.R.P.19 :Cessez de croire au prince charmant ! Perversion de l’idéal masculin dans les contes de fées du XIXème siècle (Paris III, 10 et 14 juin 2013). Communication à lire en ligne sur le site du CRP19 : http://crp19.org/article/seminaire-jeunes-chercheurs.1

    Séminaire « Transformation des genres littéraires » du C.R.P.19 :Les fées du roman arthurien dans la poésie de Jean Lorrain(Paris III, 25 et 26 juin 2012). Communication à écouter en ligne sur le site du CRP19 : http://crp19.org/article/seminaire-jeunes-chercheurs.1

    Séminaire « Mémoire de la littérature passée » du G.E.M.C.A. (Groupe d’Analyse Culturelle de la Première Modernité) :Léo Lespès à la poursuite de Charles Perrault : « Les Contes de Perrault continués par Timothée Trimm »(Université de Louvain, Belgique, 11 et 12 mai 2012). Article à paraître début 2014 dans la revue Lettres Romanes.

    Séminaire « La Belle époque des Femmes ? (1889-1914) » (Université d’Orléans – Collectif Mix-Cité) :La Belle Epoque au bois dormant à travers (Université et médiathèque d’Orléans, 05 et 06 avril 2012).Article paru dans les actes du colloque : Paris, L’Harmattan, 2013.