Centre de Recherche sur le Poétiques du XIXe siècle

Doctorat

Docteurs

  • Université: Sorbonne Nouvelle
  • Titre de la Thèse: Le récit enchâssé, ou la mise en relief narrative au 19e siècle
  • Fonction: postdoctorant sur le projet ANR Chapitres

Jérémy Naïm

Thèse co-dirigée par Gilles Philippe (Lausanne) et Henri Scepi (Paris 3) et soutenue le 4 décembre 2015.


Résumé
Le récit enchâssé émerge comme concept au début du XXe siècle, à la faveur des travaux formalistes sur le recueil de nouvelles. Il ne se développe véritablement que dans les années soixante, sous la plume de Todorov et de Genette. Mais alors, il est moins étudié qu’effleuré. Aucune définition consensuelle ne se dégage chez les narratologues. On prête au dispositif une origine millénaire, sans bien expliquer la persistance intacte d'un procédé d'écriture depuis l'Inde ancienne. Le récit enchâssé a été davantage un mythe critique qu'un objet d'étude. Ce travail en reprend la conceptualisation là où elle s'est arrêtée : à l'intuition que certains textes contiennent des récits en surplus. Par des décrochages typographiques, par un changement d'énonciateur, par une variation temporelle, par une série de marquages spécifiques, un récit peut être mis en relief dans l'espace textuel. L'enchâssement, alors, ne serait que le fait de cette mise en relief, qu'elle s'effectue ou non dans un texte littéraire, qu'elle porte ou non sur un texte narratif. Y a-t-il légitimité, dès lors, à parler d'un « récit enchâssé » ? A-t-il existé dans l'histoire une technique homogène de mise en relief d'un récit ? En posant cette question sur les récits courts du XIXe siècle (1800-1890), cette thèse s'efforce également d'expliquer l'apparition de la notion. Car c'est au XIXe siècle que, pour la première fois, le recueil de nouvelles est comparé à une fiction indépendante, en l'occurrence, une nouvelle. Analyser ce rapprochement permet de découvrir comment a été préparée la possibilité de penser le « récit enchâssé ».

Publications

Sélection de publications
- L'histoire littéraire a-t-elle été une poétique ? (1799-1910)
(RHLF, à paraître en 2019)
 
- Quelques enjeux du mot influence vers 1800.
(Romantisme, n° 180, 2018, p. 96-106)
 
- Sur la première des Lettres de mon moulin. Ou les voix du lecteur dans L'Événement (1865-1866).
(Les voix du lecteur dans la presse française, dir. par Elina Absalymova et Valérie Stiénon, Limoges, PULIM, 2018, p. 165-177)
 
- Maupassant, du livre au journal. Pour une matérialité de la littérature.
(Mémoires du livre, vol. 8, n° 2, 2017, en ligne)
 
- Pensée et pratique de la langue chez Théophile Gautier.
(Bulletin de la société Théophile Gautier, n° 39, 2017, p. 15-31)
 
- La Maison Nucingen, essai d'analyse comportementale.
(Romanesques, n° 7, 2015, p. 211-226)