Centre de Recherche sur le Poétiques du XIXe siècle

Doctorat

Docteurs

  • Titre de la Th├Ęse: Figures du Polygraphe. Zola, Daudet, Malot (1855-1880)
  • Fonction: Professeure au lycée Michel Rodange, Luxembourg

Myriam Kohnen

Thèse: Figures du Polygraphe. Zola, Daudet, Malot (1855-1880)sous la direction d'Alain Pagès

Des trois auteurs français Zola, Daudet et Malot, l'on ne connaît le plus souvent que Les Rougon-Macquart, les contes, les nouvelles et les romans populaires. Leur œuvre témoigne pourtant d'une plus grande variété qui se justifie par leur carrière d'écrivain-journaliste. Comme leurs prédécesseurs les plus célèbres, Balzac, Hugo et Stendhal, ils tentent d'abord de se faire un nom dans le milieu journalistique avant de devenir plus tard des écrivains reconnus. Comme Vallès, les Goncourt, Baudelaire et Banville, ils considèrent aussi que ce chemin initial garantit l'autonomie de l'homme de lettres. Mais ce ne sont pas seulement l'essor de la presse, le développement technique et l'accroissement du lectorat qui les contraignent à cette pratique de la polygraphie dans divers organes. Les grandes villes les amènent à s'intéresser aux mœurs sociales ainsi qu'à l'actualité politique et artistique, à tel point que ce reportage à Paris et à Londres finit par les inspirer pour l'élaboration de certains romans. Les trois observateurs curieux vont travailler comme enquêteurs dans la rue, en mettant en place une écriture du réel adapté au genre journalistique et littéraire. D'un discours sur le trottoir dans La Rue, Le Boulevard, Le Figaro ou L'Événement illustré, l'on aboutit à une conception moderne de la création qui rejoint par certains aspects la démarche des peintres impressionnistes et des dessinateurs de la presse sous le Second Empire. Au-delà de sa signification sociale et historique, l'évolution du parcours éclaire ainsi les enjeux du travail et du statut symbolique de l'écrivain-journaliste et révèle l'impact des premiers écrits sur l'esthétique des romanciers modernes.