Centre de Recherche sur le Poétiques du XIXe siècle

Doctorat

Docteurs

  • Titre de la Th├Ęse: Poétique des cycles romanesques : de Balzac à Volodine
  • Fonction: Maître de conférences à l'Ecole Normale Supérieure (rue d'Ulm)

Thomas Conrad

Il a soutenu en juin 2011 une thèse intitulée « Poétique des cycles romanesques : de Balzac à Volodine », sous la direction de Dominique Combe.

Résumé de la thèse
Les cycles romanesques sont ces œuvres formées par la réunion de plusieurs récits autonomes : sommes “à la Balzac”, suites, séries, trilogies, etc. Il s’agit d’un type spécifique de “transtextualité” (Genette), où s’exprime un désir ambigu de totalisation, qui affirme à la fois l’ouverture et la clôture du texte. Selon une démarche de poétique historique, nous analysons les formes de ces cycles, tout en les inscrivant dans l’histoire de long terme du genre romanesque. D’où un corpus large, s’étendant du XIXe siècle à nos jours : La Comédie humaine de Balzac, le Manuscrit trouvé à Saragosse de Potocki, les trilogies de Dumas, Les Rougon-Macquart, les Trois Villes et les Quatre Evangiles de Zola, le Cycle du Hussard de Giono, les cycles de science-fiction d’Asimov, et les romans « post-exotiques » de Volodine. L’examen des procédés de connexion entre les récits montre que le cycle n’est pas fondé sur la cohérence du monde qu’il représente, mais sur la cohésion des textes qu’il rassemble. Chaque cycle est une totalisation singulière de textes, traversée de tensions et de dysfonctionnements. Mais ces œuvres sont autant de réponses à une question qui subsiste pendant ces deux siècles : comment retrouver une totalité épique adéquate au monde moderne né de la Révolution ? Les cycles romanesques réactivent la « racine épique » du roman (Bakhtine). Cette visée épique, et ses transformations, sont un aspect de ce que serait une histoire de l’idée de totalité en littérature.

Publications

Articles

« Variations sur une pièce de monnaie. Le récit en prose et l’argent chez Villiers de l’Isle-Adam », à paraître en 2012 dans un ouvrage collectif, Le Rire et l’argent au XIXe siècle, dir. Marie-Ange Fougère et Florence Fix.

« La lecture et la structure : une microlecture de Barthes, La lutte de Jacob avec l’ange », dans Fabula LHT, n°3 (« Complications de texte : les microlectures »), 1/09/2007, URL : http://www.fabula.org/lht/3/Conrad.html.

« Le Cabinet des Antiques dans La Comédie humaine ou comment “être un système“ », Nexilis, n°1, 14 décembre 2008, URL : http://www.revuenexilis.org/issue1/ Thomas Conrad - Le Cabinet des Antiques.pdf.

« Deux diptyques : La Curée/L’Argent, Pot-Bouille/Au Bonheur des Dames », Les Cahiers Naturalistes, n°83, 2009, p. 33-52.

« Unités multiples », Acta Fabula, Essais critiques, URL : http://www.fabula.org/revue/document4456.php (compte-rendu de lecture de l’ouvrage Cycle et collection, A. Besson, V. Ferré, Ch. Pradeau (dir.), Paris, L\\\'Harmattan, 2008).