Centre de Recherche sur les Poétiques du XIXe siècle

Doctorat

Doctorants

  • Titre de la Th├Ęse: L’esthétique de la profondeur dans A la Recherche du temps perdu de Marcel Proust

Zouhaier Ilahi

L’esthétique de la profondeur dans A la Recherche du temps perdu de Marcel Proust, sous la direction de Marie-Cécile Leblanc.

Cette thèse traite la notion de la profondeur du paysage dans la Recherche du Temps Perdu. En effet, la profondeur est liée aux interrogations littéraires (Réalisme / Symbolisme), artistiques (Impressionnisme) et philosophiques (Idéalisme, néoplatonisme de la fin du XIX ème siècle) que pose le héros lors de la conception de son livre à venir. Certes sa vocation d’écrivain lui enjoint d’interroger tout à la fois son moi profond ainsi que celui des autres personnages (Albertine). Ce dernier s’interroge aussi sur la profondeur du monde (Maurice Merleau-Ponty) et de la nature (La Philosophie de l’art et de la nature de Schelling). Le narrateur pose alors les questions suivantes : Faut-il écrire un roman qui décrit le monde des réalités concrètes ou des réalistes abstraites ? Que décrire : la surface des choses ou leur côté profond (Elstir, Vinteuil). L’analyse des paysages implicites présents dans le roman nous permet justement de mesurer le rôle fondamental de la notion de la profondeur dans la genèse de l’architecture générale de la RTP ainsi que dans les structures textuelles minimales qui composent les couches superposées du roman (le paysage palimpseste). En somme, cette thèse tente d’expliciter le rôle de la profondeur dans la genèse et le dévoilement du sens implicite du texte. Il s’agit en un mot de caractériser la « dynamique de manifestation » (Barbaras Renauld) de profond du texte littéraire. La description de cette dynamique est susceptible d’apporter des éléments de réponse à la problématique du voilement et du dévoilement du sens. 

Publications