Centre de Recherche sur le Poétiques du XIXe siècle

Doctorat

Doctorants

  • Titre de la Th├Ęse: Survivances du mystère au XIXe siècle : histoire d’une forme marginale

Angelo Careri

Thèse dirigée par Paolo Tortonese

Survivances du mystère au XIXe siècle : Histoire d’une forme marginale

Au sein de l’écosystème plus global qu’est la réception du Moyen-Âge dans le contexte romantique, le cas du mystère fait figure à part. Cette forme théâtrale ancienne et marginalisée s’est en effet conservée cinq siècles durant au sein du monde paysan, et les documents attestent qu’elle est encore pratiquée dans certaines régions jusqu’à la fin du XIXème siècle. Ancré dans la vie cérémonielle populaire et dans des pratiques de dévotion qui ont trait à la culture de la fête, le « mystère » fait aussi l’objet, de la part de plusieurs écrivains du XIXème siècle, d’étranges expérimentations littéraires. Gustave Flaubert, Edgar Quinet, Georges Sand et d’autres, s’en emparent alors dans l’optique de forger un nouveau genre aux enjeux métaphysiques et cosmogoniques. Ce phénomène de captation savante est un geste qui témoigne de l’attention inédite et la passion ambiguë que le romantisme porte à ce qui relève du peuple, à ses pratiques et à ses arts, mais aussi de comment la prise en compte de ces formes populaires et leur valorisation relative s’accompagne de la nécessité de réaffirmer la domination de formes hautes. Il constitue aussi un exemple frappant de « la complexité extrême qui organise le tissage des contemporanéités » (Daniel Arasse) au sein de l’espace littéraire.    
 

Publications