Centre de Recherche sur le Poétiques du XIXe siècle

Doctorat

Docteurs

  • Titre de la Th├Ęse: L'Elégie chez Rousseau : des sources latines au roman des Lumières
  • Fonction: Maître assistante à la faculté des Lettres et des Sciences humaines de Sfax, Tunisie

Taktak Ben Sassi

Thèse :L'Elégie chez Rousseau : des sources latines au roman des Lumières
sous la direction de Jacques Berchtold, soutenue  le 16 décembre 2010

L’élégie chez Rousseau rassemble les époques, elle rend le sens étymologique [l’élégie thrène], celui de l’époque romaine [l’élégie d’amour] et le sens moderne [l’élégie tendre de l’amitié] où on parle plutôt de tonalité élégiaque. Elle rappelle à plusieurs égards le genre classique illustré principalement par Tibulle, Properce et Ovide. Rousseau semble emprunter des motifs à l’héritage antique sans pour autant s’y assujettir. Le ton de la plainte ou du chant est dicté par des personnages vertueux. L’élégie chez Rousseau échappe au stéréotype et à la « spécialisation » : elle n’est pas dans le sillage du modèle pour lequel elle fut réputée, et dont la matière est purement funèbre ; elle n’est pas, également, un paradigme de l’élégie romaine qui s’est associée presque exclusivement à l’expression de la passion amoureuse, elle n’est pas limitée à l’expression tendre de l’amitié. Elle n’est pas seulement une esthétique. L’élégie chez Rousseau est l’ensemble de toutes ses manifestations. C’est l’expression d’une attitude.